Investir dans l’immobilier à l’étranger peut permettre de gagner beaucoup d’argent, à condition de savoir où acheter et de ne pas se tromper sur les conditions. Pour celui qui serait tenté par ce genre d’aventure, il existe une solution alternative : acheter des parts d’une SCPI gérant des biens en France, ou dans un autre pays. Cet investissement un peu plus excitant que le livret A permet de dégager moins de trésorerie et de limiter les risques pour son capital et la rentabilité du placement.

300*250

Le rendement des meilleures SCPI

Les meilleures SCPI françaises ont des taux de rentabilité honorables, et quand on les compare aux résultats des autres produits financiers, elles n’ont pas à rougir de la concurrence.

Par rapport à l’achat d’un bien, qu’il s’agisse d’une maison, d’une villa, d’un appartement, de bureaux ou d’un commerce, acquérir des parts d’une société civile qui gère de l’immobilier d’entreprise est moins risqué pour ses économies.

En effet, le danger de ne pas toucher ses loyers est dilué dans la masse des avoirs de la SCPI, on est donc à peu près certain de pouvoir compter sur un revenu tous les 3 mois. De plus, il n’est pas nécessaire d’être millionnaire pour devenir propriétaire. Il n’est pas rare de trouver des droits d’entrées à moins de 5000 euros.

Une façon différente d’épargner

N’en déplaisent aux banques, il n’y a pas que le livret A et les assurances vies pour placer son argent en vue de se dégager un petit complément de revenu pour sa retraite. Le rendement de l’immobilier d’entreprise, même s’il est en baisse tourne encore autour des 5%. Qui peut en dire autant ? Pas grand monde, même le PEL, pourtant le meilleur des livrets d’épargne d’état ne la ramène pas.

Au grand jeu d’acheter pour louer, les bureaux et les commerces rapportent plus que la location à des particuliers, même en profitant du dispositif Pinel (jusqu’à 21% sur 12 ans quand même) pour des réductions d’impôts : moins de vacances, peu de contraintes, moins de risques d’impayés, et des loyers tirés vers le haut.

Choisir un placement immobilier rentable et sans risque

Une SCPI de rendement ça rapporte. C’est un fait avéré, et même avec la crise, les dividendes continuent à tomber. Reste à trouver et à choisir le bon gérant, celui qui sait bien acheter (pas cher) et bien louer (cher), tout en conservant ses locataires par la qualité de sa prestation et de son écoute, en sachant baisser les loyers quand il le faut pour éviter un départ.

Notre conseil : privilégier les SCPI qui investissent dans des bureaux plutôt que dans des commerces, ces derniers étant un peu plus régulés par la loi que les premiers. N’hésitez pas à élargir vos horizons en achetant des parts de sociétés civiles de placements européennes.

Le rendement des SCPI

Cela fait déjà quelques années qu’on nous bassinent avec les SCPI. Il faut dire que les épargnants ne sont à pas à la fête avec le livret A qui est tombé à 0,75%, et encore, il semble que celui-ci ne soit pas arrivé au bout du tunnel. Mais les SCPI vont-elles être aussi performantes ?

That is the question comme dirait un célèbre écrivain britannique. La collecte en tout cas ne faiblit pas, mais le rendement est-il à la hauteur de ce qu’on fait miroiter aux épargnants ? Bon, c’est vrai, nous ne sommes plus au dessus des 5% net, et c’est bien dommage, mais les intérêts restent encore tout à fait acceptables en ces temps troublés puisque ceux ci sont encore en moyenne au dessus des 4% brut à Paris, et même un peu plus dans les régions.

Et les prévisions devraient rester à cette hauteur là, tant que le rendement locatif et les prix de location resteront assez élevés.

rendement SCPI 2017

Mais certaines voix s’élèvent pour parler de bulle des SCPI. Pour ne pas en arriver là, il ne faudra pas collecter à tout va, ce qu’on déjà compris certains gérants qui la limite. Reste à surveiller le taux d’occupation. Actuellement, il est encore très proche des 90%, ce qui est tout à fait honorable au vu de la conjoncture.

Et plus la société civile immobilière est spécialisée, et plus le taux d’occupation est important. Les EPHAD sont ainsi presque pleins à 100%.

De quoi rassurer les épargnants ?

Oui. Les performances ne sont pas mauvaises, plutôt bonnes même. Les SCPI sont comme les roseaux : elles prennent le vent en pleine face mais ne rompent pas, même si les performances n’évoluent plus pour l’instant. Elles stagnent, et ce n’est déjà pas si mal pour avoir une rémunération qui donne envie d’investir, ce qui est le cas en ce moment.

Qui peut se targuer parmi les placements d’obtenir plus de 4% par an ? Pas grand monde, en dehors de la SCPI, même l’assurance-vie est à la traine.

Par contre, il faut rester en alerte et surveiller les rendements de l’immobilier. Le but étant de ne pas diluer les portefeuilles. Pour cela, les gérants ont un atout dans leurs manches : stopper la collecte quand il y a trop d’argent dans les caisses.

De nouvelle opportunités partout en Europe

Pour investir, il n’y a pas que la France, de bonnes affaires étant aussi possible chez nos voisins européens grâce aux conventions fiscales signées entre les pays ce qui évite de payer ses impôt 2 fois : en France et dans le pays où l’investissement a été fait.

Car les gestionnaires, pour se démarquer du lot propose des produits de plus en plus innovants et ont compris que pour durer dans le temps, il fallait se diversifier, ce qui passe parfois par aller en dehors de nos frontières.

On peut ainsi investir dans l’immobilier en Allemagne, au Portugal ou ailleurs. Dans ces pays, de bonnes opportunités de rendement existent. Il faut dire que la fiscalité sur place n’est pas la même pour les revenus locatifs. Par contre, la sécurité de l’investissement est elle bien réelle, tout comme en France.

Où investir dans le monde ?

Certains investissements immobiliers à l’étranger, bien que beaucoup plus risqués, ont une rentabilité potentielle bien supérieure.

investir dans le monde

Le Dakota du Nord

Qui aurait eu cette idée d’acheter là-bas ne serait-ce qu’il y a 2 ans ? Oui, mais ça, c’était avant qu’on y découvre des gisements de pétrole de schiste (vous savez, celui qu’on ne veut pas exploiter en France). Et c’est toute l’économie de la région qui en profite, avec une demande de logement qui ne fait que croître.

Et les locataires sont près à accepter de gros loyers pour pouvoir se loger, car ils ont des salaires en conséquence (le pétrole, ça pollue, mais ça paie bien). Il y a donc des opportunités à saisir, même s’il faut se méfier des rendements annuels de 15% qui sont annoncés sur certains sites.

Miami

On construit beaucoup à Miami (et pas seulement à South Beach, mais dans tous les quartiers), il n’y a qu’à se rendre dans la ville pour se rendre compte de tous les projets qui s’y montent. La raison : sa côte de popularité est au plus haut, autant chez les américains que chez les touristes (français en tête).

La fiscalité, avec son climat exceptionnel est son atout principal : en cas de revente après deux ans, il n’y a que 15% d’impôt sur les plus values à payer, sachant qu’en plus on peut déduire ses frais (par exemple les billets d’avion aller retour pour revendre son appartement, et libre à vous d’en profiter pour faire un tour à la plage).

Et en ce moment, l’euro est au plus fort par rapport au dollar, ce qui au final fait baisser le montant de son investissement. Et ne parlons pas des relations propriétaire locataire en Amérique : rien à voir avec la France et des difficultés pour récupérer son logement quand un locataire ne paye pas son loyer…

L’Espagne

Oui, il y a des logements vides en Espagne, beaucoup, ce qui explique parfois les prix très bas qui sont pratiqués la-bas. L’occasion est bonne pour s’acheter une résidence secondaire plus que pour chercher à tout prix un investissement locatif rentable (beaucoup trop de chômage pour le moment).

Un conseil : ne cherchez pas à faire un crédit espagnol, les banques sont encore plus exigeantes qu’en France : mieux vaut donc avoir les moyens de ses ambitions.

Où investir ? Dans les grandes villes bien sûr, Barcelone et Madrid en tête pour son économie, ou dans des villes étudiantes. Si vraiment c’est la plage qui vous intéresse, la Costa Brava et la Costa del Sol sont pleine de russes qui viennent y faire la fête, mais jusqu’à quand ?

SCPI en France ou achat à l’étranger ? Entre les deux mon coeur balance. Il y a des avantages et des inconvénients, comme toujours. En tout cas, mieux vaut prendre son temps avant de se décider. Mais à trop attendre, on peut aussi louper de bonnes occasions. Entre les deux mon coeur balance comme dit la chanson.